AccueilThéorie & TutorielsThéorieRaw ou Jpeg?

Raw ou Jpeg, quelle différence?

Je vous met ici un petit article que j'avais écrit voici un petit moment et qui explique les différences qu'il existe entre ces deux types de fichier que sont le raw (prenant différentes dénominations selon les marques d'appareils photo) et les jpeg.


Introduction:

En jpeg, l'image a déjà reçu plusieurs valeurs dans le boîtier qui détermineront par exemple et de manière irréversible, le contraste, l'accentuation, la saturation, la balance des blancs, etc. Si on retravaille cela par logiciel, on rajoute donc une correction à une image qui n'est pas neutre, entrainant ainsi la destruction de certaines informations. Pour faire simple, on rajoute un traitement sur un traitement déjà émis dans le boîtier et qui a été en prime compressé en devenant un jpeg.

En raw, ces informations sont enregistrées séparément dans un fichier mais pas dans les données brutes de l'image, sans aucune compression (d'où la différence de poids). Vous pouvez changer autant de fois que vous voulez ces informations, le logiciel de traitement repartira de 0 et donc des données brutes, tout en mémorisant dans le fichier attenant vos derniers réglages.


Concrètement:

Quand vous travaillez votre photo en raw, vous le faites en 16 bits par couche (dont 12 consacrés à la couleur). Quand vous travaillez votre photo en jpeg, vous le faites en 8 bits par couche. Un bit est une unité d'information: plus il y en a, plus vous avez d'informations. En photo, plus il y a de bits, plus il y a de nuances de couleurs et donc d'informations fines et détaillées.

Le capteur de votre appareil photo enregistre les informations par niveaux en privilégiant d'abord les hautes lumières et donc les tons clairs. La répartition ne se fait pas de manière égale(1): les tons très clairs (à rapprocher des hautes lumières) accaparent à eux seuls la moitié des niveaux puis, à chaque fois qu'on descend dans les tons (tons clairs, tons moyens, tons sombres, tons très sombres), on doit diviser ce qui reste par 2.

Or, un jpeg ne dispose que de 256 niveaux à répartir alors qu'un raw dispose lui de 4096 niveaux et ce, pour la même photo. Cela peut sembler compliqué tout ça mais voilà un tit tableau de ce qu'enregistrera votre reflex pour une même photos selon que vous êtes en jpeg ou en raw:

Jpeg (256 niveaux sur 5 couches)

Tons très clairs : 128 niveaux
Tons clairs : 64 niveaux
Tons moyens : 32 niveaux
Tons sombres : 16 niveaux
Tons très sombres : 8 niveaux

Raw (4096 niveaux sur 5 couches)


Tons très clairs : 2048 niveaux
Tons clairs : 1024 niveaux
Tons moyens : 512 niveaux
Tons sombres : 256 niveaux
Tons très sombres : 128 niveaux



La différence de nuances disponibles est donc énorme et c'est ce qui explique par exemple, qu'il est possible de récupérer plus aisément hautes et basses lumières sur un raw par rapport à un jpeg. Dans ce sens, les corrections apportées à un fichier raw permettront un rendu bcp plus fin car vous retravaillerez votre photo avec à votre disposition un nombre bien plus conséquent d''informations. Bien sûr, une conversion ultérieure de ce raw en jpeg vous fera perdre à nouveau des informations puisqu'il s'agit d'une compression de l'image. Mais si nous partons du principe que vous avez fait plusieurs retouches dans un logiciel permettant cela avec des raw, les dégradations seront moins conséquentes que si nous décidons d'appliquer le même post-traitement mais cette fois directement sur un jpeg. Du coup, il y a de fortes chances que le jpeg issus de votre raw retravaillé soit de meilleure qualité qu'une photo identique mais en jpeg  à laquelle vous auriez fait subir le même traitement. On peut par ailleurs convertir dans d'autres formats, bcp moins destructeurs et plus riches comme le TIF par exemple.


Post-traitement et conséquences:

Pour finir, voici un histogramme qui vous montre bien qu'un travail de retouche peut entrainer des pertes d'informations dans un jpeg: tous les espaces vides dans l'histogramme qui donnent l'impression qu'on a passé un coup de peigne sur ce dernier, d'où le nom d'histogramme "en peigne", symbolisent les dites pertes. Pour des retouches identiques mais sur un format raw, le résultat sera beaucoup plus équilibré et surtout moins altéré.



Photobucket



Nous pourrions aussi ajouter parmi les avantages du RAW la possibilité de reprendre la balance des blancs, celle de reprendre n'importe quel réglage natif à votre reflex voire les styles d'image s'il s'agit d'un logiciel proposé par le constructeur (tel que DPP chez Canon par exemple).


Conclusion:

Alors? Verra-t'on la différence entre une photo issue d'un raw et celle d'un jpeg à rendu retravaillé de manière identique? Pas systématiquement, l'oeil ne détectant pas tout, encore moins si les retouches sont légères. Par contre, en cas d'impression, c'est encore le meilleur moyen d'avoir un fichier très détaillé par exemple.


(1) Voilà pourquoi un certain courant de pensée conseille de surexposer ses photos (tout en le contrôlant bien sûr): la majeure partie des informations se trouvent dans les tons clairs et donc les hautes lumières. Cela donnera des détails plus riches et l'exposition sera facilement corrigible ensuite et sans pertes.

Sur le forum :

Derniers sujets actifs :

Articles récents :

Canon 70D
Le Canon EOS 70D vient remplacer le 60D et se situe donc en terme de gamme entre le 700D et le 7D. Ce nouveau reflex  (...)
Pentax K-500
Venant se situer en lieu et place du Kr d'entrée de gamme, ce nouveau reflex Pentax offre toutefois une fiche technique (...)
Pentax K-50
Venant se situer à mi-chemin entre le K-500 et le K-5, ce nouveau reflex pentax offre une fiche technique relativement  (...)
Haut de page